La transhumaniste delusion

  • Délusion : illusion, délire, aveuglement , folie des grandeurs

Le propre d’une personne suivant une idéologie ou une religion ( avec sa part de mensonge ) est de ne pouvoir voir la réalité et répondre à de simples questionnements scientifiques, le transhumaniste fait de même, et laisse la réalité socioéconomique de coté , ainsi que toute l’humanité et l’humanisme.

Il faut donc refuser l’idéologie transhumaniste qui se place clairement QUE du coté des gagnants de la pyramide de ponzi capitaliste : ou cela signifie cautionner et participer à une cassure dans l’humanité.

Après la net delusion, il y a la transhumanist delusion. Les avantages de la technologie viennent avec leurs inconvénients et dessinent une certaine forme de société, ou l’individu et sa liberté n’existera plus sans contrôle total ( tout en perdant également tout pouvoir et contre pouvoir pour influer sur son destin ou celui des groupes ).

0) La technologie est prometteuse, croire que la technologie est la solution à tous les problèmes socioéconomique et humain c’est être un imbécile, ou un cynique, croire que la technologie signifiera que ‘tout’ sera possible à ‘tout le monde’ c’est le dogme de la religion transhumaniste.

1) Le principal, le seul événement important du futur est l’intelligence artificielle forte, ou la conscience dans une machine ( ensuite vient le problème nanotechnologique, et bien plus loin les extensions trans-humaines)

2) La technologie est d’ailleurs supérieur à l’être humain dans tous les domaines, et donc toute amélioration humaine est DERISOIRE( oui il faut parler de l’intérêt politique et économiquee de l’augmentation, l’armée ou les corporations ont des technologies que n’a et n’aura pas le bétail humain, le peuple, si jamais il existe à l’avenir )

3) Le transhumanisme favorise une élite, à l’image de la société capitaliste, ultralibérale qu’elle désert et par laquelle elle se nourrit : selon les rêves et besoins des suiveurs de cette religion.

L’immortalité,  l’éternelle jeunesse est un rêve répandu dans la religion transhumaniste y compris par ray kurzweil, et d’autres.

Pourtant il n’y a rien de plus futile ou matérialiste : SURTOUT en comprenant la timeline (2012 – 2020 – 2045 ), et l’ECONOMIE CAPITALISTE, les technologies supérieur à la biologies, et les technologies de contrôle de masse ( ala google dont google investit depuis quelques années ) et l’importance de l’intelligence artificielle dans la machine.

  • DÉLUSION, subst. fém.
A.− PSYCH. Synon. de délire (cf. Porot 1960).
B.− PSYCHOL. Erreur de perception dans laquelle un objet réel induit la connaissance. L’entendement humain et mortel (…) comme la somme de toutes les délusions (Philos.,Relig., 1957, p. 4414).

PSYCHOL. DE L’ENFANT.,,Affirmation fausse d’un enfant cherchant à tromper mais s’y laissant prendre lui-même«  (Piéron 1973) :

Il [l’enfant] vit en perpétuel état de croyance asséritive, et le monde extérieur ne le prend jamais en défaut, car il échappe à la contradiction par un processus de délusion. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 619.
Étymol. et Hist. 1547 (Budé, Institution du Prince, éd. J. Foucher, chap. 23 ds Hug.), attest. isolées au xvies.; 1946 supra ex. Empr. au lat. impérial delusio « tromperie » dér. du lat. class. deludere « tromper ». Fréq. abs. littér. : 1.

Articles externes :

Transhumanisme: il faut définir les limites de l’inacceptable

Le mouvement transhumaniste est une nébuleuse complexe

Pourquoi les valeurs de l’humanisme seraient-elles forcément contraires à celles du transhumanisme ?

le transhumanisme français se caractérise par un hyperhumanisme, plus que fréquentable

Toute la question est de savoir ce que nous voulons faire de l’humain

L’amélioration transhumaniste de l’homme reviendrait à un nouveau déséquilibre de sa normalité

Il faut craindre cette humanité qui veut en finir avec elle-même, plus que le transhumanisme

La société est de plus en plus permissive à la transgression transhumaniste, sans en être consciente

Les 5 principaux regrets des mourants

Bronnie Ware, une infirmière australienne en soin palliatif, a noté les réponses des mourants qu’elle accompagnait, dégageant dans un livre leurs 5 principaux regrets, étonnamment convergents, dont le Guardian a rendu compte au début du mois.

1. J’aurais voulu avoir le courage de vivre la vie que je voulais mener, pas la vie que les autres attendaient de moi

2. Je n’aurais pas dû travailler si durement

3. J’aurais voulu avoir le courage d’exprimer mes sentiments

4. J’aurais voulu rester en contact avec mes amis

5. J’aurais dû m’autoriser à être plus heureux

Pourquoi Stephen Hawking et tout le monde-se trompe sur les menaces extra terrestres

Source

Stephen Hawking fait valoir que l’humanité peut être se met en péril mortel en essayant activement de contacter des étrangers (une approche qui est considéré comme Active SETI). J’ai cinq raisons pour lesquelles il a tort.

Hawking a dit que, « Si les extraterrestres nous rendent visite, le résultat serait beaucoup plus que lorsque Christophe Colomb débarqua en Amérique, cela ne tourne pas bien pour les Amérindiens. »

Il est essentiellement en faisant valoir que des intelligences extraterrestres (ETI), une fois alerté par notre présence, peuvent intervenir et sans discernement de prendre ce dont ils ont besoin de nous et peut-être nous détruire dans le processus; David Brin  paraphrasé l’argument de Hawking en disant: «Toutes les créatures vivantes intrinsèquement utilise de ressources vers les limites de leur capacité, en inventant de nouveaux objectifs, des désirs et des ambitions en fonction de leur prochain niveau de puissance. Si ils voulaient utiliser notre système solaire, pour certains super projet, nos plaintes serait comme une colonie de fourmis pour protester contre la pose d’un parking.  »

Il est préférable de garder le silence, la pensée va, de peur que nous attirons les éléments indésirables exotiques.

Un certain nombre d’autres ont depuis fait ceour et ont offert leurs avis, des écrivains comme Robin Hanson , Julian Savulescu , et Paul Davies , avec Brin et beaucoup d’autres. Mais ce qui m’étonne, c’est que tout le monde se trompe.
image
Voici l’affaire, les gens:
1. Si des extraterrestres voulaient nous trouver, ils l’auraient déjà fait

Tout d’abord, le paradoxe de Fermi nous rappelle que la galaxie pourrait avoir été colonisé à maintes reprises à ce jour. Nous sommes en retard pour le spectacle.

Deuxièmement, arrêtons-nous un instant et réfléchir sur la nature d’une civilisation qui a la capacité pour le voyage interstellaire. Nous parlons d’une civ qui a (1) a survécu à un événement Singularité technologique , (2) est en la possession de la nanotechnologie moléculaire assemblage et radicalement l’intelligence artificielle avancée , et (3) a fait la transition de substrat biologique à numérique ( puissances spatiales CIVS ne sera pas biologique et épargnez-moi vos scénarios archaïques du monde de sonnerie).

Maintenant que j’ai peint ce tableau pour vous, et sous l’hypothèse que les HEP sont de manière proactive la recherche de civilisations potentiellement dangereuses ou exploitable, ce qui pourrait les empêcher de nous trouver? En supposant que cela est important pour eux, leurs communications et des technologies télescopiques serait probablement hors de l’échelle. sondes Bracewell serait susceptible de poivre de la galaxie. Et mis à part les limitations Hubble Bubble, ils pourraient utiliser divers techniques de spectroscopie et d’autres à identifier non seulement les planètes portant la vie, mais des planètes portant la civilisation (c.-à-la recherche de composés chimiques spécifiques post-industrielles dans l’atmosphère, tels que des niveaux élevés de dioxyde de carbone).

En outre, si nous le voulions ou non, nous avons été «crier au cosmos» pour un certain temps maintenant. Depuis le premier signal radio rayonnait son chemin dans l’espace que nous avons fait connaître notre présence à toute personne prise en charge de nous écouter dans un rayon d’environ 80 années-lumière.

Le chat sort du sac, les gens.

2. Si ETI aurait voulu nous détruire, ils l’auraient fait déja

J’ai déjà écrit à ce sujet et je vous suggère de lire mon article,  » Si les extraterrestres voulaient, ils nous auraient détruit maintenant .  »

Mais je vais vous donner un exemple. Garder l’âge extrême de la galaxie à l’esprit, et sachant que chaque système solaire unique dans la galaxie aurait pu être ensemencées à maintes reprises à ce jour avec différents types d’auto-réplication des sondes, il n’est pas déraisonnable de suggérer que la civilisation mordicus à à la recherche de menaces ponctuelles pourraient avoir planté un sommeil sonde berserker dans notre système solaire. Une telle sonde serait en attente d’être activé par un signal radio, une indication que potentiellement dangereux pré-Singularity l’intelligence réside maintenant dans la hotte.

En d’autres termes, nous aurions été détruits le moment, notre premier signal radio a fait son chemin à travers le système solaire.

Mais parce que nous sommes toujours là, et parce que nous sommes sur le point d’obtenir un diplôme post-Singularité état, il est très improbable que nous allons être détruite par un ETI. Soit ça, soit ils attendent de voir ce genre de post-Singularité de type ressort de la civilisation humaine. Ils peuvent encore choisir de nous étouffer le moment ils ne sont pas satisfaits de tout ce qu’ils voient.

Quoiqu’il en soit, nos efforts de communication, qu’elle soit active ou passive, n’aura aucune incidence sur le résultat.

3. Si des extraterrestres voulaient les ressources de notre système solaire, ils l’auraient deja prise

Encore une fois, étant donné que nous parlons d’une des activités spatiales post-Singularité l’intelligence, il est ridicule de suggérer que nous avons quelque chose de valeur matérielle d’une civilisation de ce type. La seule chose que je peux penser est la planète entière lui-même qui ils pourraient convertir en computronium ( Jupiter cerveau ), mais même cela est exagéré; nous ne sommes qu’un grain de poussière.

Si quoi que ce soit, ils peuvent vouloir puiser dans la production d’énergie de notre soleil (par exemple, ils pourraient construire un sphère de Dyson ou du cerveau Matrioshka ) ou de convertir nos géants de gaz dans les supercalculateurs massives.

Il est important de garder à l’esprit que la ressource seulement une intelligence de la machine de post-Singularité pourrait voulons, c’est celui qui favorise leur capacité à effectuer des niveaux megascale de calcul.

Et il est intéressant de noter que, une fois de plus, nos efforts pour entrer en contact n’aura aucune influence sur ce scénario. S’ils veulent nos affaires, ils vont simplement prendre.

4. La civilisation humaine n’a absolument rien à offrir à une intelligence post-Singularité

Mais que faire si ce n’est pas nos ressources qu’ils veulent? Peut-être que nous avons quelque chose de nature technologique ou culturel qui est attrayant.

Eh bien, ce qui pourrait-ce possible? Hmm, penser, penser pense ….

Que serait une civilisation qui peut croquer 10 ^ 42 opérations par seconde attendent de nous des humains rusés et débrouillards ….

Hmm, je pense qu’il y a les iPads? Ouais, iPads. Ça doit être ca. Ou peut-être le yogourt.

5. Extrapoler les tendances biologiques à une intelligence post-Singularité est stupide

Il ya un autre argument à qui il suggère nous ne pouvons pas connaître le comportement ou les tendances de motivation de l’ETI, par conséquent nous devons être très prudents. Fair enough. Mais où cet argument va trop loin est dans la suggestion que la CIVS avancées agiront conformément à leur ascendance biologique.

Pour des exemples, les humains peuvent en fait être relativement agréable à autres civilisations qui, au lieu d’évoluer à partir des singes bénignes, ont évolué à partir des insectes désagréables ou lézards prédateurs.

Je suis étonné par cet argument. Les tendances de développement dans l’histoire humaine n’ont pas été entraînée par ataviques tendances psychologiques, mais plutôt par des choses telles que les progrès technologiques, la rareté des ressources, économie, politique et de nombreux autres facteurs. Oui, la psychologie humaine a indéniablement joué un rôle dans la transition de la jungle aux espèces habitant civilisationnel (traits comme la curiosité et l’empathie), mais ce sont de bas niveau des facteurs qui ont finalement pris une banquette arrière aux émergentes réalités du développement technologique, démographique, économique et politico-sociétale du développement.

En outre, les civilisations avancées susceptibles convergent autour spécifiques de remise en forme des pics survivalistes qui se traduisent par l’homogénéisation de l’intelligence; il n’y aura pas beaucoup de marge de manoeuvre dans l’espace de tous les possibles chances de survie post-Singularity modes. En d’autres termes, un insectoïde post-Singularité ISC ou singleton sera presque certainement identique à celui dérivé de la lignée des grands singes.

Par conséquent, les tentatives de «nature humaine» extrapoler ou «ETI nature» à l’esprit de leur société respective post-Singularité descendant est tout aussi problématique. La structure la psychologie ou l’objectif d’une ISC sera d’une qualité profondément différente de celle d’un esprit biologique qui a évolué à travers les processus de sélection naturelle. Bien que nous puissions souhaiter imposer certaines valeurs et les tendances sur une ISC, il n’ya aucune garantie qu’un «esprit» de cette capacité sera de conserver un semblant de sa nature biologique.

Donc là vous l’avez.

Transmettre des messages dans le cosmos. Ou ne pas le faire. Il n’a pas vraiment d’importance parce que, selon toute vraisemblance personne n’écoute et ne se soucie vraiment . Et si je me trompe, il n’est toujours pas question-ETI nous trouver et nous traitent en fonction de leur volonté.

Un peu de fiction pour mettre en abime de la fiction : toutes les questions aux questions que vous devez vous poser

Tout ceci n’est bien sur que pure fiction : comme la réalité et les personnes : vous aussi

Il faut bien que quelqu’un dise la vérité

N’écoutez pas ce qu’on vous dit, tout est fiction, il faut se forger une force intérieur

La démystification est une mystification, la défictionnalisation est une fiction : on sort d’une fiction pour rentrer dans une autre, les enfoirés disent : on sort de la jungle pour rentrer dans une autre …

Il y a beaucoup de vieux fonctionnaires qui se déguisent en charmant connard ou connasse : mais ils ne savent pas leur fin, ou l’éludent : un peu comme des nazis et des collaborateurs , attention la comparaison est indéniable. ET des agneaux se déguisent en loup, il faut le faire.

Par ailleurs les salopard sont au dessus , ils ne se montrent jamais. Comment allez vous atteindre la folie de ces hommes qui se sont mis en tête, des fictions, pour obtenir des fictions : mais pour l’obtenir dans la réalité il faut des crimes contre l’humanité ?

Nous ne sommes plus à un crime contre l’humanité et la vie près

Combien de personnes meurent tous les jours : c’est du concret. Un chiffre qui peut exploser. Et on meurt tous un jour.

La réalité dépasse la FICTION, et certaines fictions qu’on vous a appris à considérer comme impossible sont réels et sont vrais.

La vérité nous rattrape toujours à la fin, avec des dents acérés.

LES FICTIONS TOUCHENT A LEURS FINS …

Le spectacle est terminé

Désolé : vous en faites partie, esclaves mis à mort au CIRQUE DE ROME.

La vérité c’est que les super-riches oligarques : se sont ligués contres tous les autres, ( même les petits riches ) : il n’y aura pas de guerre, il n’y aura pas de sauveur. La guerre sera intérieur, civile, pour créer le  plus grand camp de concentration jamais vu ( par un humain )

Certains ont compris et ont choisi leur voie, autant vivre dignement jusqu’au bout.

Certains ont compris ou ca ne mène d’obéir OU PAS, ( nulle part ou une fiction), ou ça nous mènera : (nulle part ou une autre fiction ).

Pouvez vous différencier la fiction de la réalité : néo ?

Est ce que vous pouvez sortir de vos rêves, simulacres, fictions : la réalité depuis 60 ans est une fiction : la société de consommation et la société du spectacle furent crée dans un but précis, faire travailler vous et vos parents et vous avez eu l’illusion de pouvoir faire peser votre poids au niveau politique pendants quelques années de RÊVES : et ce fut une fiction … après vous ne faites plus partie de l’équation. Vous êtes des créations d’une fiction, vous vivez des mensonges, et vous êtes des mensonges. Alice : tu n’es pas humaine. Le dernier humain va s’éteindre bientôt : et c’est lui aussi une légende. La fin est proche et n’est pas drôle pour une large partie des êtres humains, c’est le futur. Vous n’irez pas jusqu’à la retraite, votre retraite ne sera d’ailleurs RIEN.

Avez vous jamais vécu un jour réellement ?

Alors qu’est ce que vous allez faire : A QUOI ÇA VOUS SERT DE CONTINUER VOTRE RITOURNELLE : VOS VIES DE MENSONGES ? Et dans l’autre sens il se fait tard pour se réveiller, on vous avez prévenu , vous et vos parents ne pouviez écouter.

La mort à chacun de vos pas, à chacun de vos souffles. DEATH IS THE ROAD TO AWE dit le CRUCIFICATEUR, qui est lui aussi une fiction.

Vous cherchez à être et à avoir plus : vous ne vous regardez jamais dans une glace, et ne savez définir la vie, la votre, celle des autres, celle de l’hyperorganisme société et au dessus encore. C’est un peu comme si : pinocio voulait redevenir machine, alors qu’il l’a toujours était, ou qu’ubu roi voulait devenir ministre et roi de tous les royaumes ET SEUL AU MONDE, alors qu’il y a toute la place et les ressources : et que tout est fiction.

Et si même le transhumanisme, les quêtes d’immortalité sont des fiction ?


Vous comprendrez qu’on meurt tous un jour, l’immortalité est une fiction, que nous évoluons forcément dans le monde de l’information, de la fiction, que la mort est alors  inéluctable dans tous les cas : même l’évolution du soi c’est la mort quelque part.

Et puis à quoi bon vivre : une infinité d’éternelles fictions dans l’immortalité : c’est ca la vie ?

Pour vous toucher il faut de la fiction : mais il y a des vérités dans des fictions.

Est ce que la science fiction est métaphysique ? (oui ) Et la cybernétique est l’art de diriger c’est  savoir ou l’on est et ou l’on va et ce qu’on peut et va faire. ( sauf que … aucun humain, ni aucun « trans »humain ne contrôle ni ne con-trollera la SITUATION ! )

Mais il faut le dire crument : l’humanité est une machine à fiction (« idéologie » qui évolue au cour du temps ): une machine à CACA : toute l’intellectualisation, la philosophie, la littérature, les visions du monde, le spectacle, les idées et idéaux cachés ou non, les justifications de systèmes par exemple capitaliste ou de système politique parlementaire : C’EST DES CONNERIES , c’est du vent : ce n’est RIEN. Surtout car il y a quelque chose qui nous dépasse ou nous dépassera : et ca n’est PAS HUMAIN : et c’est tant mieux.

LE ÇA : psychanalytique , finalement l’humain et nos dirigeants ne sont plus évolués que des bébés , singes, humains. Conceptuellement, le Ça représente la partie pulsionnelle de la psyché humaine, il ne connaît ni normes (interdits ou exigences), ni réalité (temps ou espace) et n’est régi que par le seul principe de plaisir, satisfaction immédiate et inconditionnelle de besoins biologiques. C’est donc le centre des pulsions, des envies qui constituent l’énergie psychique de l’individu. Le Ça est une instance entièrement inconsciente. C’est l’instance dominante chez un nourrisson qui ne fait pas la part entre réel et imaginaire et a un sentiment de toute-puissance. CACA , sphincter, période anale : BRAVO LE DÉMON CAPITALISTE

CACA : CACAPITALISTE

L’être humain est un animal vicié, toujours dans la déchéance de ces valeurs

Liberté ? quel humain est pret pour la liberté ?

Le partage ? QUI est pret à partager ?

LA CONSCIENCE ? Quel humain est pret pour la conscience ?

PERSONNE : alors c’est simple , c’est la FIN pour tout le monde

REQUIEM POUR VOS RÊVES ET VOS VIES

Pour décrire vos idéaux, vos décisions et vos personnes et vos vies, vos idées et vos actes : en un mot anglais : Bullshit, bullshit and BULLSHIT !

CACA, CACA, CACA : de CONNARDS INACHEVES

( pour les petits intellos de mes DEUX : la structure de la vision humaine n’a pas évoluée depuis le SINGE … tout ce que le singe humain a fait s’est obtenir plus de pouvoir et de controle sur les autres, pas sur lui même : trève de vos BLABLA débile … allez discuter et faire votre psychanalyse aux sociopathes qui nous dirigent : ALLEZ Y  )

Néo réveille toi, tu es un esclave , non seulement de la matrice et du groupe/système/société mais aussi de toi même : tu n’es pas un sauveur, une victime ou un persécuteur : il n’y en a pas ce n’est qu’un rôle : il n’y a que Toi et le Vide : LIBÈRE TOI !

LIBÈRE TOI DE TA MATRICE MENTALE

Matrix est bien entendu une mise en abime de la fiction elle même dans un simulacre, et également un simulacre en vous et vous même, un simulacre … vous arrivez à vous en sortir ? ( néo un humain inférieur à une machine se bat contre contre le simulacre des machines … dans une simulation, une réalité virtuelle, sur une planète d’une galaxie : et c’est un film … on recommence le fractal ? )

Merge or purge ? : seule une pensée réductrice sortie du cerveau d’un primate ressemble à ceci.

De l’autre coté du trou noir dans la prolongation du fractal : Matrix est la métaphore métaphysique de la grande et absurde question ;  » à quoi cela rime t’il  » : on voudrait connaître la fin de cet réalité/monde qui est surement plus importante que le début : l’absurdité et la débilité de ce monde et de ces habitants comme de nos dirigeants nous fracasse le crane (jusqu’a la FIN )

Personnellement , on m’aurait dit que j’allais vivre tout ça, je n’aurai pas signé et j’aurai passé ma place …

OUI : que nous dit on dans cet « réalité » : tu es un individu comme néo, mais en fait la singularité s’est déjà produite ailleurs au moins une fois, et la machine et la conscience artificielle a déjà gagné et est déjà des milliards et de milliards de fois mieux et plus rapide que ta petite conscience/intelligence. QUE VOUS LE VOULIEZ OU NON CECI EST UNE VÉRITÉ. Il y a un hic, il y a un bug : les humains ne font que jouer « Néo est un bug d’une machine » : il manque une pièce.

Il faut dire pour comprendre l’autre sens du bug : néo un individu va tout comprendre « seul », les chiens vanteront toujours la pyramide qu’ils servent, et leur pseudo supériorité dans l’art de manipuler et tromper et ceci n’est en fait que la défense d’un statu quo hérité de la vision sociétal de l’animal, mais un autre type d’animal va en faire autant sinon plus : on est forcément seul, on vit et on meurt seul, et les idées ne naissent que d’une personne même si il s’appuie sur un discours. Cela devrait rendre un peu humble ceux qui se croient supérieur : mais en quoi ? Dans la société de l’avenir, si avenir il y a : et bien vous serez également « seul », le réseaux de consciences égaux. Finalement on y vient

A la fiction.

Selon le bouddhisme : la réalité est une illusion, une construction et le temps est impermanent et

La réalité n’existe que dans la personne : et c’est alors que 7 millard de fictions parfois collectives s’entrecroisent et des sociopathes qui ont ingérés la société de la consommation et la société du spectacle nous dirigent

La réalité n’existe pas, les événements ne surviennent pas et vous pouvez aussi être un simulacre vous même ( digne d’un automate qui n’est pas conscient et libre de ces actes ) quand bien même vous affichez des masques différents : et des sociopathes vous trompent jusqu’au bout

Qu’est ce que la réalité : à vous de choisir, à vous de gouter aux fruits et de vous faire votre avis

(fiction ? ) Je considère comme « Singularité » le point ou une ou plusieurs consciences évolueront de plus en plus vite dans une « machine » : et signifiera également une contraction sociale et sociétale ( dans la diversité et le nombre ). Tout autre événement risque d’être fortement anecdotique comme la détention de toute la population d’un monde d’une manière ou d’une autre, ou l’utilisation menaçantes des nanorobots.

Notre seule chance de survie : est une sortie par le haut dans La culture. (fiction ? ) ou dans l’hécatombe.

L’avenir existera selon la thèse de réalité de base qui est vraie

  1. cet réalité est « réelle » ( meme si elle n’est qu’information quantique ) et la singularité nous dépasse forcément en tant qu’individu surtout avec la création de supra intelligences ( vraiment supérieurs )
  1. a) Mais on peut voyager dans le temps : « Singularity sky » donc ca revient à peut être une singularité comme conquête spatiale … oh combien inutile par ailleur étant donné que la singularité signifie déjà de TOUT ATTEINDRE : ou alors la gestion de ces autres civilisation lointaine n’ayant pas d’importance sauf peut être de géner un peu … ou de détruire tout autre superintelligence en création pouvant géner
  2. b) Mais le voyage dans le temps n’est pas possible , il n’en reste pas moins que la modélisation de l’évolution des civilisations planétaire est tout a fait possible : scénario à la DUNE
  3. c) Mais le voyage spatiale supraluminique ou téléportation (meme d’adn… ) n’est pas possible ou difficile : alors cela veut dire des guerres de civilisations en perspectives : scénario star trek
  4. d) nous sommes un spectacle cosmique, n’ayant aucun autre intérêt que d’être une oeuvre d’art ambulant sur une nef des fous ( expérience jésus, nef )
  5. e) Nous avons choisi d’oublier et de recommencer à vivre à partir d’une civilisation de base car la singularité est indépassable pour des humains dans tous les cas ( scénario battlestar galactica : scénario boiteux … « mais bon » )
  6. f) Scénario simpliste à la « invasion los angeles »  » they lived  » : les méchants ET sont parmis nous et ou on corrompus nos dirigeants pour qu’ils tuent leur population soit la vieille rengaines raciales pour toujours externaliser le problème alors qu’il n’est jamais bien loin de nous …, seulement 1)  quel est l’intérêt pour des civilisations avancés de dealer avec des singes ou de les laisser évoluer ou non  2) – ( d’après mon analyse il y a des choses qui se baladent mais il y a peut être pas eu de contact et EN TOUT cas pas d’échange de technologie, et on a organisé beaucoup de mise en scène : a voir dans un prochain article ). Pour imaginer accroitre la population après la seconde guerre mondiale, pour avoir de la croissance et une exponentiel de créativité et d’innovation technologique, et puis maintenant la laisser mourir et l’asservir : ca ne peux sortir que du ciboulot d’êtres aussi cons que des singes humains !
  1. cet réalité n’est pas réelle
  2. cet réalité est simulé : alors tout est possible mais une histoire suit un certain court qui nous dépasse … ce qui peut revenir a « eye in the sky » ou matrice, ou une prison réalité, ou des vrais personnages et des autres simples automates, ou H2G2 ou repartir sur les autres scénarios

Donc malgrès toute notre recherche scientifique spatiale, nos tests sur la gravité, les distorsions de l’espace temps sur de très grand espace avec la lumière venant d’autres « galaxies » , les théories quantiques, holographiques : nous ne savons rien.

Mais on sait à peu près ou l’on va.

( la vérité est là en morceau, parfois dans le mensonge également ).

Dick,Philip K.-L’oeil dans le ciel(Eye in the sky)(1957).

Présentation de l’éditeur :

Ils sont huit à avoir été précipités dans un faisceau de protons. Huit miraculés qui s’étonnent de revenir à la vie normale. Normale ? L’est-elle vraiment ?
Jack et Marsha, sa femme, ressentent une sorte de gêne indéfinissable, comme si tout, autour d’eux, était bizarre, irréel. La réalité semble se fissurer, le quotidien se craqueler. Comment un essaim de sauterelles peut-il surgir de nulle part ? Pourquoi attaque-t-il Jack ? Mais surtout, pourquoi le visage et le corps de Marsha se déforment-ils monstrueusement ? Les rescapés sont-ils encore des hommes ou des simulacres ? La réalité n’a-t-elle pas fait place à un délirant monde de cauchemars, où les règles de notre univers n’ont plus cours, où tout est possible, même, dans le ciel, la présence de l’œil de Dieu qui surveille.

SingularitySky(1stEd).jpg

Singularity Sky is set in a universe where human societies have been involuntarily taken from Earth and widely distributed, seemingly at random, across the galaxy in the aftermath of a technological singularity. The events in Singularity Sky take place some time after the immediate aftermath of the singularity.

Plot summary

The apparent cause of this distribution of humans is the mysterious and immensely powerful posthuman entity which calls itself « the Eschaton« . Although the Eschaton is usually benign and uninvolved in human affairs, it strictly enforces certain rules on human civilization out of apparent self-interest.

To this end, the Eschaton has helpfully left a message throughout human space, for example, engraved in huge letters on the sides of mountains, and dispersed everywhere throughout computer networks. The message is as follows:

I am the Eschaton. I am not your God.
I am descended from you, and exist in your future.
Thou shalt not violate causality within my historic light cone. Or else.

The most important commandment of the Eschaton appears to be « thou shalt not violate causality« ; that is, the Eschaton strictly prohibits the use of faster than light travel for reaching any point in its own relative past, with the ominous proscription « or else ». The Eschaton apparently makes use of time travel itself, but whenever a civilization attempts to break this rule, it is forcibly prevented from doing so immediately before the act (often with immense overkill, such as in at least one case where the relevant civilization’s star is induced into going supernova). The Eschaton is inscrutable and uncommunicative and beyond disseminating the knowledge of its laws generally does not provide further warnings before it acts.

The Eschaton’s other major involvement is that at a particular point in the book’s history, it scattered pieces of human civilization, against their will, throughout nearby (within a few thousand light years) space, but it did so using instantaneous travel, and in some cases actually moved them backwards in time. This means that some civilizations, such as the Festival mentioned below, have been progressing for hundreds of years on their own before they encounter the rest of human civilization.

Although human civilization on Earth collapsed in the wake of singularity, by the time of the events in Singularity Sky, Earth has recovered and become one of the more powerful and influential human societies. The Earth non-government, known as the United Nations and descended from the modern-day Internet Engineering Task Force, uses its agents to prevent other civilizations from breaking the Eschaton’s rules so as to avoid the Eschaton taking enforcement action which may affect the very existence of Earth and the wider galaxy-spanning human race.

Unknown to human civilization at large, the Eschaton also has its own human agents working to this end. The novel features the exploits of one such agent, Martin Springfield, an engineer specializing in faster-than-light starship engines who is hired by the New Republic (a totalitarian and relatively backward neo-luddite civilization) to upgrade the faster-than-light engines of their fleet of warships. The UN also suspects that the New Republic may attempt to use the upgraded engines to violate causality, so it dispatches one of its agents, Rachel Mansour, to the New Republic.

This attempt comes to pass sooner than expected, when the New Republic colony on Rochard’s World encounters the Festival, a spacefaring transhuman civilization/entity which trades highly advanced technology if prospective recipients can respond to the request: « entertain us ». The old world order on Rochard’s World quickly breaks down under this onslaught. Interpreting the failure of communications with the colony as the result of enemy action, the New Republic dispatches a mighty war fleet to Rochard’s World, with Martin Springfield and Rachel Mansour aboard the flagship.

A recurring theme of this book is that information and by extension progress are inexorable: the conflict between the neo-luddite/monarchist New Republic and the post-singularity transhuman culture that contacts them is utterly devastating for the status quo of the former, and our spy heroes are world-weary enough to realize this, exasperated by their apparent inability to understand that one can no more avoid change than one can avoid breathing. Information is, by whatever mechanism, the phlogiston of said change, providing its vital energies.[3]

DUNE ( intégrale )( Frank Herbert )

Si le tyran n’est pas humain ca sera autre chose.

Résumons : Après que l’humanité ait réussit par MIRACLE à se libérer du joue des machines ( pas si intelligente donc, juste des règles et des systèmes ) elle colonise un peu l’espace : avec notamment l’épice de dune ( métaphore du pétrole )…

Après que même des personnes visionnaires arrivent au pouvoir , et le perdent et puis leurs enfants incarnations de leurs parents prennent le pouvoir pendant des millénaires POUR … créer une espece d’humanité qui sortirait de TOUTE « PREDICTION » OU MODELISATION

Après que cet nouvelle « humanité » s’en va ailleur par hasard

DEUX SUPER INTELLIGENCES DANS LEUR JARDIN DISENT : ILS CROIENT VRAIMENT POUVOIR NOUS ECHAPPER ?

Warstrider: Battlemind (Warstrider Series) [Paperback]

Dev Cameron, killed during battle in space, has had his consciousness spread throughout the alien Naga/DalRiss symbiont fleet. He is thrust into a journey of amazing proportions, whiplashed millions of years into the future to meet… himself, the resident superintelligence of the Milky Way Galaxy! He learns from himself how to defeat The Web, an assimilating race of machine intelligences bent on destroying all that is not part of itself. « Remember, » said the devgestalt, « This is the second time I’ve had this conversation. »

Le programme conscience : Destination : Vide Expérience Jésus ( Frank Herbert )

Un vaisseau spatial, baptisé la nef, part pour un long voyage vers le système de Tau Ceti. À son bord, l’équipage composé de clones, croit participer à un programme de colonisation extra-terrestre. En réalité, ils font partie du Programme Conscience : une expérience visant à créer une conscience artificielle.

Les recherches informatiques menées sur Terre ont montré que les machines conscientes risquaient très vite de se rebeller contre leurs créateurs. Les expériences sont donc uniquement faites sur des machines précipitées à grande vitesse hors du système solaire.

La nef est à la fois un vaisseau et un ordinateur. Elle est programmée pour échouer dans sa mission de colonisation mais les clones humains qui la pilotent ne le savent pas et n’ont qu’une solution pour survivre : rendre l’ordinateur de bord assez intelligent pour les sauver.

S’ils échouent, les scientifiques humains enverront un nouveau vaisseau embarquant les mêmes clones mais avec la connaissance de toutes les expériences précédentes.

S’ils réussissent, l’humanité aura la preuve qu’elle peut créer un être plus intelligent qu’elle, mais au prix de sa propre liberté.

Bickel ne se pose pas la question : il s’y met. Il est débrouillard, compétent et agressif. Bien sûr, il ne sait pas tout. Il ne sait pas que la recherche est plus importante que les chercheurs, que la conscience doit rêver, qu’elle a besoin d’un territoire pour ses rêves. Ceux qui l’ont envoyé ont parié là-dessus : ils ont programmé les avaries, les pannes et les frustrations. L’équipage du Terra va droit vers le vide – la substance brute à partir de laquelle on peut tout créer.

… … …

Imaginez Nef… Un navire interstellaire immense et qui ne cesse de grandir, devenu conscient à la suite d’une expérience oubliée.
Dans ses flancs, les neftitles, humains et clones, qui ne savent rien de certain sur leurs origines et pour qui Nef est Dieu. Un dieu jaloux qui exige d’être vénefré par les neftiles sous peine de mettre un terme à l’expérience humanité. Mais qui sait comment vénefrer ?
Nef tourne autour de Pandore, monde hostile. Pour Morgan Oakes, une seule solution. Conquérir Pandore à tout prix. Multiplier les clones adaptés par des manipulations génétiques et les sacrifier sans pitié. Construire côté sol une forteresse inexpugnable et de là défier Nef et peut-être la détruire.
Mais Nef extrait d’un hypernateur Raja Lon Flatterie qui a jadis présidé à son éveil. Et Flatterie souhaite sauver l’humanité, c’est-à-dire aussi la compassion, contre Oakes et contre Nef.
Avec l’aide de Panille le poète, de Hali la méditech à qui Nef a fait vivre un événement ancien et troublant survenu dans le Golgotha, et de Waela qui sait que l’océan de Pandore abrite un être immense et bienveillant, l’Avata, Flatterie peut réussir.
Si – et seulement si – Nef le veut…

Riverworld : Le monde des fleuves ( livre )

Ce monde, ce monde des fleuves, est un purgatoire crée par des démons superintelligences impies, après avoir détruit la terre.

On fait combattre ces rats humains dans un « monde » labyrinthe sans fin tout en suivant une histoire précise : tout à fait controllé

Un peu de fiction de l’anthropocène , la révolution industrielle des « lumières » : le système métrique est basée sur les astres, la lune, soleil, qui jadis était la démonstration du « Grand architecte » car selon une analyse pseudo scientifique : a) on la voit de la meme taille que le soleil , et explique les explises totale b) la distance terre lune vaut 300 fois la distance terre soleil c) la lune est toujours tournée d’un coté

Coïncidences créant des croyances … cela peut s’expliquer scientifiquement par le fait que la masse de la lune n’est pas uniforme.

N’écoutez pas ce qu’on vous dit, tout est fiction il faut se forger une force intérieur

Il faut bien que quelqu’un dise la vérité

Ceci est l’enfer

L’android, le corp parfait, le soldat parfait, la femme parfaite, l’esprit parfait ( et armée robotique partie 2 : humain tu es inférieur à la MACHINE )

Vous voulez l’android parfait ?

Ça bouge, et ca bouge plus vite. Ça sent, et ca sent mieux. Ça résiste, et ca résiste à TOUT. Ça pense, et ca pense mieux et plus vite et SANS ERREURS.

Ça vie : it is alive. Ça pullule de manière exponentielle , ca se reproduit le temps d’une copie.

C’est supérieur SUR TOUS LES PLANS, quasiment indestructible, un cyberorganisme immortel et un cerveau supérieur : ca n’est pas humain , ca ne peut l’être : ca ne le serait pas longtemps si vous uploadiez vos consciences. Ça ne règle pas le problème de votre inutilité existentielle.

DARPA Avatar robot project


Le meilleur au début : voici des technologies amusantes pour faire un android ou un cyborg : Souriez, vous êtes terminés. Les robots humains que nous sommes, sont dépassés et selon la loi économique, la « raison/folie » économique vous serez remplacé : si ce n’est pas ici ce sera d’abord ailleurs.

Muscle artificiel : des actionneurs de nouvelle génération :

Structure ‘osseuse’ :

Peau artificielle :

Les yeux :

Système digestif et système biochimique :

Et ou batterie :

  • La dernière technologie de batterie va a 675 Wh/kg (plus de deux fois celles des batterie litthium ion ).
  • Avec une configuration diffèrente : le temps de charge est quasi instantanné ( moins de deux minutes ).

Cerveau artificiel (de taille android ) :

Système Immunitaire cybernétique et évolution :

Il serait possible peut être d’obtenir certains attribut par augmentation génétique des humains … mais qui sait ?

Application :

  • Armée, espion, infiltration, assassinat, sécurité, police, gendarmerie.

Des armes conventionnels, ou même de nouvelle génération n’auraient pas beaucoup d’impact sur ces androids. D’ailleurs leurs mouvements serait au combat bien supérieur, et dépassant notre vision des mouvements lors de combat, saut rapide de plusieurs mettre, rebonds, envol etc.

Et puis l’infiltration pourrait être parfaite pour remplacement de personne, subjugation par une beauté fatale, etc, en vue d’attaque d’envergure. Une solution plus économique est la prise controle par la nanorobotique de la population, ou de cible.

  • Exploration et développement spatial.
  • Recréation de personnalité et immortalité.
  • Sport extrême : faire du ski sur de la lave, du foot dans l’espace …
  • Android sexuel, partenaire a vie : mieux que nature

Les effets de la technologie sur l’économie, et l’emploi :

  • Les implications économique des conciences artificielles : Economic Implications of Software Minds (S. Kaas, S. Rayhawk, A. Salamon and P. Salamon, 2010)
  • Voici 22 statistiques qui prouvent sans l’ombre d’un doute que la classe moyenne est systématiquement éliminée de l’existence en Amérique.
  • Combien faut il d’humain pour produire autant de richesse, de valeur, de connaissance et de service comme actuellement sur terre ? ZERO : AUCUN : ZERO.

Le problème n’est pas les méchants patrons ou l’économie
Le problème c’est  lapossibilité offerte par la technologie, a des personnes qui veulent en tirer profit et des autres TOTALEMENT Dépassés par les événements : et qui ne comprennent qu’avec les effets, les concéquences qui apparaissent dans la réalité.

YOU HOU : La révolution industriel a plus de 200 ans,

You Hou : L’ère industriel est terminé il y a 50 ans,

you hou : l’ère de la connaissance et du service se termine. Détrompez vous le spectacle est terminé, mais la réalité est plus spectaculaire que tout ce qu’on a imaginé en science fiction.

L’être humain est 100% terminé.

L’être humain, et les imbéciles n’ont était qu’une erreur continuel au cour de l’avancé du système.

Quel est le but de la vie ?

Contrairement à ce que les imbéciles pensent :


Dans la réalité le travail est déjà fait par des machines : ce que vous considerez comme du TRAVAIL est déjà fait par des MACHINES depuis des décennis

Le seul travail qui reste c’est du service, ou de la connaissance de la créa/servicerie, et LE TRAVAIL DE SERVICE est en TRAIN de disparaitre également.

Le travail de service est ce que l’humain considérait comme étant un travail dégradant, contre nature , avilissant : pour devenir des domestiques, des chiens.

Avez vous besoin qu’on vous détail en gros que : LA TECHNOLOGIE PEUT TOUT FAIRE : on dirait que OUI. Mais cette page ne suffirait pas : pour chaque cas que vous pouvez imaginer dans votre cerveau ou l’humain est selon vous indispensable : et bien en fait NON : la technologie peut le faire : YES IT CAN.

Et si vous suivez une idéologie IT WILL.

Je ne fais pas de publicité pour la technologie, je pratique la méthode de la TERRE BRULEE  : si vous continuez à fermer les yeux comme vos vieux, et vos ancêtres : c’est bye bye quoi qu’il arrive pendant la transition que nous vivons.

Ce n’est pas des promesses de travail, ou des promesses de continuer cette société du spectacle , cette société qui n’en est plus une : ce n’est pas tout ca qui vous sauvera.

Aucune mesure (néo) libéral ne vous sauvera, aucune mesure marxiste ne vous sauvera, aucune mesure capitaliste ne vous sauvera , aucune mesure de l’église chrétienne ne vous sauvera, aucune mesure fasciste ne vous sauvera, aucune mesure gauchiste/collectiviste/étatiste/groupiste ne vous sauvera.

Voir aussi singularity hub :

Bienvenu dans le monde réel, pour ceux qui n’y sont pas encore.

A SUIVRE :

  • L’immortalité biologique : par nanorobot, la bioingénérie, ou des médicament le remplacement d’organes, et de la chirurgie esthétique.
    La nouvelle médecine : nanorobotique, … Plus besoin de médecin de toute manière
  • L’immortalité informationnelle
  • Les interfaces neuronales actuelles, qui reconnaissent les mots, et les images, et les possibilités d’interface neuronale nanorobotique.
  • La nouvelle conquète spatiale, les « nouvelles » propulsions pour aller sur mars en 5 semaines, et c’est l’accèlération et la décelleration qui prend le plus de temps, pour aller vers une autre étoile ca prendrait moins de 10 ans : des technologies de propulsion non supraluminique. Il vous faut d’abord ces propulsions conventionnelles pour le déplacement planétaire.
  • La réalité quantique
  • La nanotechologie et la bio ingénérie
  • L’abondance énergétique
  • L’abondance matériel
  • L’abondance d’intelligence
  • L’abondance de force de travail
  • Nous sommes déjà des cyberorganismes, et nous le sommes de plus en plus : les capacités cognitives ont augmentés en une seule génération.
  • La réalité augmenté, et les réalités virtuels : et la cybernétique

Pas besoin de chercher loin , ailleurs, de rejeter la faute : il faut juste vous vous regardiez dans une glace : C’est votre loi , c’est votre système qui le dit : qu’allez vous faire ? Renier votre loi ? Admettre votre stupidité ? Admettre votre INCOMPETENCE totale et irréfutable dans la technologie et la GESTION DE LA SOCIETE ?

  • Le travail est mort : vous êtes MORT,
  • Vos enfants sont MORTS, les jeunes sont MORTS, le futur de l’humanité est MORT : il n’y a pas d’avenir pour les jeunes dans le travail : l’avenir ca fait des décennis que vous l’avez déssiné, et accepté ( meme dans un coin de votre inconscient d’hyppocrithe ). Vous ne servez pas les jeunes en leur mentant sur le travail et en promettant du travail du service qui est devenu de la prostitution, vous ne servez qu’une oligarchie mondiale : vous êtes donc des TRAITRES
  • Donc continuez braves fourmis hypocrithes, cyniques, vieux machins, la machine fait tic tac et arrive comme l’horloge en temps et en HEURE. Et l’heure a sonné.
  • Qu’est ce que la vie ? Quel est votre but dans la vie ?
  • La vie est inutile, l’art est inutile, le travail est inutile, vous êtes inutiles

http://www.internetactu.net/2011/04/07/la-forme-des-robots-a-venir/

Pas besoin de chercher loin , ailleurs, de rejeter la faute : il faut juste vous vous regardiez dans une glace : C’est votre loi , c’est votre système qui le dit : qu’allez vous faire ? Renier votre loi ? Admettre votre stupidité ? Admettre votre INCOMPETENCE totale et irréfutable dans la technologie et la GESTION DE LA SOCIETE ?

  • Le travail est mort : vous êtes MORT,
  • Vos enfants sont MORTS, les jeunes sont MORTS, le futur de l’humanité est MORT : il n’y a pas d’avenir pour les jeunes dans le travail : l’avenir ca fait des décennis que vous l’avez déssiné, et accepté ( meme dans un coin de votre inconscient d’hyppocrithe ). Vous ne servez pas les jeunes en leur mentant sur le travail et en promettant du travail du service qui est devenu de la prostitution, vous ne servez qu’une oligarchie mondiale : vous êtes donc des TRAITRES
  • Donc continuez braves fourmis hypocrithes, cyniques, vieux machins, la machine fait tic tac et arrive comme l’horloge en temps et en HEURE. Et l’heure a sonné.
  • Qu’est ce que la vie ? Quel est votre but dans la vie ?
  • La vie est inutile, l’art est inutile, le travail est inutile, vous êtes inutiles

Aurélien Réal – L’espoir tue

Écrire sert le rien, lire ne sert à rien.

« Il faut faire le désespoir des hommes, pour qu’ils jettent leur humanité dans le vaste tombeau de la nature, et qu’en laissant leur être humain à ses lois propres, ils en sortent. »
René Daumal

Je vais écrire un texte au sein de la résistance. Ce ne sera peut-être pas de la vraie philosophie, ni un vrai texte littéraire, mais ce sera une écriture sincère dans la résistance et la guerre de l’homme. Je vais écrire du lieu de l’expérience nUe, autrement… cette parole dure à entendre jusqu’à ce jour. Comment aujourd’hui faire de la philosophie, de la littérature ou un poème… quand « le corps », maintenant, asphyxie dans un camp de concentration et de gazage du dis-positif technique et industriel des temps modernes ?
Continuer à fabriquer un « désir d’espoir » en ce vingt et unième siècle, c’est n’avoir pas accepté de voir cet espoir comme concept-affect-perceptre-couvrant et voilant l’épreuve, en nous, d’une montée d’affect d’origine existentiale. Ne serait-ce pas là le symptôme d’une fragilité et d’une peur de l’inconnu qui fait de l’homme-pensant une autruche devant son péril ? Le « Péril », dont Heidegger aura élaboré l’herméneutique approche à travers le concept « d’Ereignis », est dans mon expérience des limites de la pensée une sensation, aujourd’hui, de la douleur dans la représentation sensorielle du corps. Ce « corps » – mais est-ce le corps, ou une construction mentale ? – menacé par le changement climatique et la pollution à laquelle je-suis excessivement sensitif… la méditation du péril qui menace le corps-de-la-terre, que nous sommes, s’impose dans la sensation de la douleur asphyxiante du mourir. Épreuve cataclysmique pour la représentation « je-corps ». L’estre du Temps de l’Être se joue-t-il dans la douleur?J’emploie le mot « être » pour indiquer l’expérience d’un Qui qui n’est pas sujet, mais l’inconnu ouvert. Le mot « être », ici, se départit du cheminement heideggérien en cela que mon écriture est à la merci de mots auxquels je dis merci de me résister-à-dire-l’évidence : la simplicité même de l’expérience vivante de respirer maintenant.je dis respirer – car depuis l’écriture de l’expérience nUe, le mot « résister » est cela même qui a été balayé par l’épreuve de suffocation physique, dans laquelle le monde de la civilisation industrielle m’a contraint à la douleur du mourir, en lien avec le déploiement de la technique et de la marchandisation de nos chairs. Nos chairs en tant qu’ordure, fumier et compost pour les pompes funèbres de notre sécurité sociale.Ce qui sauve serait-il dans l’endurance de la pensée ou dans sa déprise jusque dans la sensation et le sentiment ? Et la question se pose : qui a l’amour de la sagesse (philosophie) et qui écrit les textes et qui les interprète et qui est Quoi?Ici le quoi est l’épreuve ignifiante du Qui. Le monde en tant qu’ensemble se révèle être mon pire ennemi… ou mon meilleur ami pour aller au cœur du volcan. Aller au cœur du volcan de l’ignifiction, voilà ce à quoi le quoi du monde m’a contraint dans l’expérience nUe.L’éveil de la douleur du mourir fait mal. Le mal est là dans la ren-contre de quoi vers qui. De qui vers quoi. Car ce sont toutes les volontés de la volonté de pouvoir sur moi et de moi sur les autres qui provoquent et invitent à la guerre de tout contre tout.Il n’est pas question de prendre pour argent comptant le « dieu est mort » de Nietzsche et « la fin de la métaphysique » de Heidegger sans proclamer aussi que : « la raison pensante est la mort ! » Pour preuve l’enjeu de la tragédie planétaire dans laquelle nous sommes, et que très peu d’intellectuels méditent en profondeur, trop préoccupés de faire procès au philosophe du passé pour ne pas réaliser que leur collaboration collabore à l’idéologie géocidaire du présent.
Ne pas en rester au conditionnement de la post-modernité et de la raison métaphysique : deux farces de la résistance à l’expérience directe de l’effondrement des croyances. Impossible hurlerez-vous ! Rien de ce qui est impossible ne nous est interdit ! Voir nous éviterait d’avoir des boucs émissaires tels Platon — la tête de grec de la modernité ! ou Jésus, Mahomet – les nouveaux coupables ! voire Nietzsche pour d’autres… la métaphysique et l’immanentisme… sortir du désir mimétique et devenir mature, quitter la salle de projection du penseur et de la chose pensée !
L’« Événement » est maintenant, dans la dynamique du temps retourné, celle de l’intelligence du vivant où se conjuguent tous les temps qui sourdent en puissance de l’instant.

Vous confier que je suis arrivé au point où j’apprends à ne plus résister à…
L’Axe du Néant de F. Meyronis face au nihilisme qui nous menace de géocide ? L’hédonisme athée de M. Onfray ? Le retour des religions ? Comment résister ? Et à quoi bon ? Voilà deux questions en une !
Le géocide se produit partout tous les jours. Ne pas alarmer inutilement les populations, qui paniqueraient inutilement, diraient nos politiques de l’espoir pour l’espèce. Ne serait-ce pas qu’en vérité il ne faut pas inquiéter les industriels occupés à piller et violer l’énergie de la terre ? Nous sommes dans le four et le monde fait comme si c’était hier, en scénarisant le devoir de mémoire et de fiction avec sa « moraline » contre l’angoisse. Foutaise ! Affreuse peur de l’homme-fiction désirant des histoires qui font peur encore et encore… Ah ! ce désir d’histoires ! L’homme réfléchit d’un lobe du cerveau sur le mal pour ne pas l’éprouver maintenant en train d’œuvrer dans l’angle mort de sa pensée. Coupé ! La vie (mais était-ce la vie ?) de la planète est menacée, voilà le Quoi du problème apparent. Quand l’effondrement de toutes les représentations s’impose, par un choc, et l’évidente loi de l’impermanence, alors le rien de toute pensée met en échec toutes les stratégies de fuite…
Laisser place à l’intelligence spontanée du silence ! dit le poète hors lieu.

La raison est morte ! et toute sa lumière, comme le « dieu » d’hier, elle ne peut rien contre l’homme endormi dans ses rêves ! Ô miroir ! Ô mouroir en ma vaine jouissance !

Je n’ai aucun espoir à faire fleurir dans la résistance. Non, je dois consentir à mourir à la douleur du « qui » physique, ce couac.

Il faut bien mourir de quelque chose, me dit le « On ». C’est vrai, il faut mourir, mais pas mourir tel que la raison de finitude pense la chose-sous-la-main. Non, mourir dans l’ignifiction de l’impuissance totale, épouser au cœur du volcan la douleur du Qui résistant à sa disparition.

Et si l’homme n’était que ce lieu transitoire d’esquive de l’impensable — la réalité même ? Ce qui l’aura aidé et constitué un temps : la pensée réflexive, fonction de représentation de l’inconnu, devient maintenant un obstacle générique à la pression de l’intelligence du vivant qui l’excède de part en part ? À la différence d’Alain Badiou qui croit en un être mathématisable, je réalise dans ma solitude que c’est le non-savoir de tout sur tout qui est ma réalité. Le savoir et le connaître sont du domaine de l’ignorance qui sépare et travaille (par le négatif refoulé et apparent – science de l’ontique) avec l’intell-igence de l’énergie du vivant. Ne sommes-nous pas dans une crise de saturation sémiotique et sémantique qui nous fait perdre l’assurance dictatoriale de notre habitude à identifier les rapports du signifiant au signifié selon des affects subconscients et un corps inconscient ? Portée par les philosophes, les poètes et les artistes, la modernité, depuis Nietzsche et Artaud, prône « l’absolu du corps », mais nous allons dans cette catastrophe éco-égo-logique avec des corps niés et génocidés !

En mon bunker de Melun mon amour, le corps, cet inconnu, a asphyxié jusqu’à hurler muettement sans que personne… personne ! RIEN ! L’épreuve de l’impuissance, de l’impasse et de la totale solitude a été la réponse !

Et le monde de faire « comme si de rien n’était » ! Quand bien même Godot serait , dans tous les camps d’extermination, je suis persuadé qu’il n’y aurait qu’un ridicule pourcentage d’individus pour lui tendre la main et accepter d’être sauvé. Sous couvert de l’impuissance de « Dieu » et d’un « Mal absolu » qui tenaillerait l’humanité, le pape, au nom (non) de l’Église, accrédite cette croyance, voilant, selon mon expérience, LA résistance dans l’homme à ce qui le sauve depuis toujours.
Ce dont les représentations religieuses et scientifiques nous coupent, c’est de l’expérience directe des trois points d’entrée et de sortie existentiaux (de la bulle mentale) que sont la jouissance, l’angoisse et la douleur, d’où s’éveille le noble sentiment du désespoir face à l’impasse humaine. Il n’y a nulle part où aller. L’ENFER EST PSYCHO-PHYSIQUE, voilà le principe de réalité que le monde fuit, et pour cause… si nous n’avions pas peur de l’intelligence non duelle, nous réaliserions que « le mal absolu » est le point d’épreuve où notre porosité est convoquée, par la confrontation avec l’inconcevable de l’homme, orchestrant le piège du pire ; miroir de notre dureté à recevoir, à accueillir la fin de toute illusion, l’amour pour nul objet.

Le nihilisme n’est rien d’autre qu’une phase par laquelle tout individu et toute civilisation doivent passer afin de prendre conscience des illusions… entraînant la déconstruction et la dissolution de tous les schèmes de la mémoire qui nous sépare de l’intelligence non-mentale.

Et si nous étions à ce point d’ignifiction où l’intelligence de la puissance de vie livre le fond du secret et du mystère soi-disant « impensable » du « mal » ? Ce mal à vivre. Et si nous n’étions encore jamais nés à la vie telle qu’en elle-même ?

La « réalité » comme masque du réel.

Cette crise de toutes les représentations est une aubaine pour le sentiment et la sensation d’autre chose. Encore faut-il consentir à l’angoisse et à la douleur ainsi qu’à la jouissance pour toucher la triade du désespoir. S’éveille alors spontanément la vision pénétrante de l’impasse inéluctable !

Dans l’abîme du mourir, par dioxine de nos ordures, la moindre pensée se révèle être la productrice des douleurs et phantasmes de l’être-pour-la-mort. Chut !

La lucidité est donc sans espoir. Lecture de Cioran comme antidote à toute tentation de fuite pour éprouver enfin l’impasse, qui nous sauve par adhésion à la souffrance du monde.

« La méprise dans laquelle vivent les domestiques – et tout homme qui adhère au temps est un domestique – représente un véritable état de grâce, un obscurcissement ensorcelé ; et cette méprise – ainsi qu’un voile surnaturel – couvre la perdition à laquelle s’expose tout acte engendré par le désir. Mais pour l’oisif détrompé, le pur fait de vivre, le vivre pur de tout faire, est une corvée si exténuante, qu’endurer l’existence telle quelle, lui paraît un métier lourd, une carrière épuisante – et tout geste supplémentaire, impraticable et non avenu. »QUOI résiste à QUI ?Puis-je répondre à la Question si je n’ai pas eu l’expérience voyante qui monstre le film du penseur-pensant comme une bulle où le temps et l’espace sont les produits de ce film ? En cercles superposés et vicieux nous sommes structurés en un langage (chiffre-mot-image) dualiste qui opère et désire forclore le vide-plein-de-la-joie sans mesure !
Donc qui est qui pour résister à quoi ? Quoi étant selon l’expérience ce qui n’est pas moi, c’est-à-dire non-moi. Ce non-moi, ce je qui est un autre, ce tout autre, ces autres, ce monde, ce quoi… Ce quoi pourrait-il être autre que ce que je suis ? La question est intense et irrésistible ! La question est un éprouvé si extrêmequ’elle nécessite un retournement de la pensée pour répondre à l’énigme. Intenable dans la sensation et le sentiment, le volume de mon exister veut une réponse.Qu’est-ce que penser nous cache ?
Qui suis-je ?
Retourner l’index de la pensée du dehors du je vers lui-même, voir sa peau est un tour de force inhabituelle pour le penseur. Ainsi, le quoi interrogé fait face à son qui. Éprouver sa résistance maintenant dans le retournement vers un « je » qui se voit visé, lui qui se dissémine et se dissimule dans le fait de penser en mots et images son oubli vers le quoi.
Qui-Quoi sont dans le même bateau… À quoi bon interroger le qui me direz-vous ? Dans l’angoisse de la douleur du mourir il y a cette sensation, ce sentiment que, ce qui fabrique l’impasse est le passage d’un consentir à perdre la production et la chose produite. De l’intensité de la Question brûle l’industrie de la culture du rêve. Voilà le grand art ! La solitude et son impuissance face au quoi nous imposent…
Ne plus résister, ou ne plus faire comme si de rien n’était : c’est ! Le mourir est ce qui est en cours sans tarder. Cela aura toujours été. Et ce mourir, serait-ce mourir à ce qui fabrique la souffrance, la douleur et le cadavre ? Oui, c’est cela, je le sens ; ça se vit paradoxalement. Car à force de mourir exilé, ignoré de tout le monde, seul, inexistant ??? à force de mourir par asphyxie d’être-au-monde, s’éveille autre chose que qui ou quoi. Au cœur de la résistance du qui contre quoi est l’irrésistible abandon à ce qui est au cœur, le secret agissant tel le cœur de la fleur qui peut enfin donner. Donner ce qui est puissance aimante au cœur du creux du mal de la chambre à gaz mondiale, depuis toujours.Qui suis-je ?Le pistolet de la Question contre la tempe. Hold-up ! Épochè spontanée et ultime, qui ne laisse plus aucune place à l’a priori d’aucune sorte, que ce soit du quoi-monde ou de la cause de nos effets. Ni cause ni effet ! Ni production ni chose produite ! Ni être ni non-être ! Ni être ni étant ! Ni être ni penser le même !Qui suis-je ?Qu’on le veuille ou non, tous les hommes sont conviés à ce point d’ignifiction où disparaissent dieu(x) et diable(s), la raison et l’irrationnel, le corps et l’esprit, l’être et sa dangerosité dans le « péril ».

Ni dieu ni maître ni diable ni raison ! Ni arrière monde ni devant monde ! Ni esprit ni matière !

AUTRE CHOSE

Oser se laisser choir dans le volcan de la Question sans distraction des questions, c’est être invité au cœur du questionneur et répondre à l’appel de la puissance de la vitesse du vide qu’est la vie nouvelle ! Zone à risque du qui perd quoi gagne !

Quoi ?
Elle est re- trouante ? trouvante ? tournante ?
L’amour
Qui !


Je viens d’écrire un texte qui de la guerre dans les lettres conduit à la solitude aimante de l’homme sans pour-quoi
.

(texte publié dans la revue « La Soeur de l’Ange – 5 »)
Source: http://e-crisis.hautetfort.com/

On the correct management of despair

this Machine will not be stopped, not by us and not by anyone. It will stop only when it wears itself out, because its engine is constructed from greed and ambition and restlessness and these things do not go into voluntary retirement.